Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2018

Deux poids, deux mesures : la preuve

|=> l'esclave dans ses oeuvres

Les id. des cols de montagnes, apprécieront.

Min 1 sec 37 :
Le journaliste : "Mais que feriez vous (je me mets à la place des Isra ....), que feriez vous, si aux frontières de la France, des hommes, des femmes, des enfants, voulaient venir en France, pacifiquement ou pas, poussés par une organisation, qualifiée d'extrémiste."

Quand on sait la véhémence pro migrants d'un Gourdin, depuis 4 ans, quelle très étrange douceur soudainement.
Quelle retenue subite. Si la France avait fait cela, on aurait été de purs extrémistes, pour lui, et il se serait déchainé pendant une semaine entière. Il est vrai que le patron de ce clown ((est)). Deux parenthèses seulement, parce que l'origine de l'onde, est souvent méconnue du grand public.

Si la France avait fait cela, en 3 jours, on aurait intervention du monde entier sur notre sol. Condamnation intergalactique.
La preuve, on connait tous la véhémence et les prises de positions d'un Gourdin totalement pro invasion de la France.

Il suffit d'écouter toutes ses interventions dans les 2 premières minutes ci dessous pour découvrir l'esclave de son boss : 2 poids, deux mesures, invraisemblable. Le jour et la nuit avec le traitement accordé à la France.

Le politicien :

"Le Drian avait demandé à ce qu'on puisse faire preuve de l'usage de la force, avec discernement et avec retenue"..
(Traduction : "c'est pas bien les gars. Allez, s'il vous plaît quoi .. )

Et il répète après (vers 1.15 : ça va les gars, on dit rien, juste pour aujourd'hui faites preuve, svp, de plus de discernement et de retenue, ok? On est très attachés à la sécurité de fion.. et un Etat est parfaitement légitime à défendre sa sécurité quand il se sent menacé (mais svp quoi.
Le choix des mots du politicien ici, sont purement hallucinants. La France, l'Europe n'ont pas le droit de se défendre d'une invasion, eux.

Le journaliste : "ce qui n'a pas été le cas, si j'ai bien compris?!"

Près de 60 morts, et 40 fois plus de blessées, visiblement, et le journaleux, ne s'en est visiblement pas très bien rendu compte, de son côté, si on a "bien compris".
Habituellement, là ce journaliste, c'est un vrai petit dictateur microphoné, style :
"Quelle bande d'ordures fasc-iiii-stes, mais regardez moi ce carnage odieux, il faut faire quelque chose".

Écrire un commentaire