Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2015

Un geste citoyen

Montrer certaines évidences par des exemples très caractérisés, des règles tirées de l'observation, est utile. On peut ainsi s'appuyer sur un élément formalisé et durable à long terme.

|=>Un modèle du genre


Et si de notre côté nous faisions de même?
Lancions des dénonciations publiques de toutes les actions, discours, mesures, manifestations publiques, de belles saloperies de l'anti France ultra sur-représentées ?
Un geste de quenelle interprété et dénoncé ne vaudra jamais une action anti France caractérisée dont certains se font une spécialité.
Il serait donc juste et de bonne mesure de faire de même.

|=>Echantillon -anodin- perdu dans une multiplicité qui l'est infiniment moins

01/02/2015

A quoi sert la poésie

Ce n'est pas le but du site.
Peut être, l'enlèverais je ce soir? Demain? Ou plus tard. Ou pas.

Je suis allé cueillir ceci chez Gaelle (Mann).

paris-avant.jpg

|=> Issue des photos de Paris en couleurs de 1900


Une commentatrice, a posté un poème de Francois Coppée, sur sa note.


"Le soleil froid donnait un ton rose au grésil,
Et le ciel de novembre avait des airs d'avril,
Nous voulions profiter de la belle gelée.
Moi chaudement vêtu, toi bien emmitouflée
Sous le manteau, sous la voilette et sous les gants,
Nous franchissions, parmi les couples élégants,
La porte de la blanche et joyeuse avenue,
Quand soudain jusqu'à nous une enfant presque nue
Et livide, tenant des fleurettes en main,
Accourut, se frayant à la hâte un chemin
Entre les beaux habits et les riches toilettes,
Nous offrir un bouquet de violettes.
Elle avait deviné que nous étions heureux
Sans doute, et s'était dit : “ ils seront généreux ”.
Elle nous proposa ses fleurs d'une voix douce,
En souriant avec ce sourire qui tousse,
Et c'était monstrueux, cette enfant de sept ans
Qui mourait de l'hiver en offrant le printemps.
Ses pauvres petits doigts étaient pleins d'engelures.
Moi, je sentais le fin parfum de tes fourrures,
Je voyais ton cou rose et blanc sous la fanchon,
Et je touchais ta main chaude dans ton manchon.
Nous fîmes notre offrande, amie, et nous passâmes ;
Mais la gaîté s'était envolée, et nos âmes
Gardèrent jusqu'au soir un souvenir amer.
Mignonne, nous ferons l'aumône cet hiver.

En savoir plus sur http://reves-vagabondages.e-monsite.com/pages/preferences/francois-coppee-la-petite-marchande-de-fleurs/#WHMsoYBhp3ZKlFqT.99
"

Beauté éphémère qui s'est envolée et à laissé la place à la ravine qu'est notre époque, et ce monde parti en vrille débile, aujourd'hui. Mais une image et des mots et la beauté de notre civilisation sont là à quelques pas, dans le temps.

La poésie, ça sert aussi à ça :

L'aumone aujourd'hui? Autant crever que de participer à ces manifestations de solidarités organisées mensongères qui ne servent souvent plus qu'à nourrir nombre de porcs et leurs spectres chiant des portées dans le but de nous détruire.

|=> Il reste peut être ce genre d'actions pour aider les nôtres